Devenir locavore est avant tout une question éthique, écologique et un choix que l’on fait pour sa santé!

Le but principal étant de fournir son alimentation essentiellement (voir uniquement pour certains) dans un rayon de 150 km autour de chez soi! Cela implique donc de manger « local » (pas de banane quand on vit dans le nord Pas de Calais) mais également de consommer des fruits et légumes de saison.

Vous l’aurez compris, ce mode de vie se veut respectueux de l’environnement, puisque nous n’avons pas besoin de consommer autant de carburant, de pesticides, et de plastiques pour emballer nos produits.

Au  quotidien les locavores font leur marché auprès des producteurs locaux, ou dans les petites épiceries (qui eux même se fournissent auprès des locaux). Le locavorisme resserre les liens sociaux, car nous pouvons chercher notre poulet, nos oeufs, notre lait chez tel agriculteur, puis aller faire la cueillette chez un autre, pour nos haricots verts, nos prunes, nos pêches.

Cette façon de vivre, nous amène à repenser l’alimentation, comme pouvaient le faire nos ancêtres. Ainsi,  profiter de la saison des fraises pour faire des confitures pour toute l’année se trouve être un bon moyen de se garantir une alimentation variée, équilibrée et qui nous fait plaisir!

Petit bémol, pour nous contemporain qui avons l’habitude de mets délicieux et exotiques, il faudrait apprendre à se passer de certains épices,de poivre, de café, de thé ou de chocolat…

Certains locavores, qui ont du mal à se passer de ces produits, font quelques exceptions, pour le plaisir de boire un bon café, accompagné d’un petit chocolat.

Si vous voulez essayer, vous pouvez toujours le tester sur une semaine afin de comparer ce qu’une semaine de locavore vous coûte, mais aussi afin de permettre de retrouver le plaisir de se rendre au marché, ou auprès de l’agriculteur du coin.

Le maître mot reste le même: plaisir!