Bien entendu, pour sa santé de manière globale l’enfant doit avoir une alimentation équilibrée. Mais, l’équilibre entre protides, glucides et lipides, les fibres, les vitamines et le fer est aussi indispensable.

Un excés de graisse et un manque de protides, un apport de lipides qui ne sont pas ceux dont le cerveau a besoin sont autant de sources de dysfonctionnement de l’attention: 1. soit parce que l’estomac a un travail de digestion trop important à accomplir,

2.soit parce que le cerveau ne reçoit pas les nutriments dont ont besoin les neurones (penser à donner suffisamment de lipides insaturés et d’acides aminés essentiels)

3.soit parce que l’organise et en particulier le cerveau sont mal oxygénés (manque de fer)

4.soit parce que les éléments minéraux ne sont pas suffisants, en particulier le magnésium dont on connaît aujourd’hui l’importance pour le travail des neurones

5.soit parce que l’enfant ne mange pas assez de fibre et souffre d’un transit intestinal difficile (notre ventre est en effet  notre deuxieme cerveau)

Les protéines d’origine animales, mieux utilisées par l’organisme,apportent des chaînes d’acides animés comportant en particulier les huit acides aminés dits essentiels, car l’organisme ne sait pas les fabriquer. Si un seul de ces acides aminés fait défaut, c’est toute la chaîne de fabrication des protéines qui se trouve bloquée. C’est pourquoi il est indispensable de donner aux enfants du lait, de la viande, du poisson, de l’oeuf, du jambon…

Malgré tout, si on en mange trop, les graisses saturées qui y sont associés, sont de mauvaises qualités. L’idéal est que la ration de protéines soit pour moitié d’origine animale et pour moitié d’origine végétale.

Les glucides ont également un role très important dans la concentration. En effet, ils représentent 60% de l’apport calorique chez l’enfant. Certains glucides ont un effet spécifique sur l’attention, comme le galactose qui participe à la synthèse des sucres du cerveau. Ce glucide doit faire partie de l’alimentation de l’enfant en plein développement. On en trouve dans le lait maternel,le lait de vache, de chèvre.. tous les fromages et yaourts…le beurre, la crème fraiche, les oeufs, les abats, la charcuterie…

Les lipides quant à elles, sont l’essence même des neurones. Elles jouent un rôle essentiel dans le passage d’informations entre les neurones. Plus l’enfant est jeune, plus il a besoin d’acides gras poly insaturés. Ils aident les membranes des cellules des échanges neuromédiateurs à bien fonctionner. Ces acides gras se trouvent dans les huiles végétales. Préférez certaines huiles comme celle d’olive, de coco ou la margarine qui permettra des liaisons plus importantes.

De même, pour que les cellules nerveuses fonctionnent correctement, plusieurs vitamines sont indispensables.

La vitamine A permet d’avoir une bonne vision (lait, beurre, jaune d’oeuf, foie).

La vitamine B permet la conduction nerveuse et se trouve dans les céréales enrichies.

La vitamine B6 si elle est insuffisante engendre une nervosité incontrolable, voir des convulsions. on en trouve dans a viande, le boeuf, le lapin, le poulet, le mouton ou le veau, le saumon frais, le maquereau, le soja, les lentilles, les germes de blés et l’avocat.

La vitamine B12 permettra l’oxygénation des tissus nerveux: viande, poisson, oeuf.

La vitamine c favrise les réactions métabolliques: agrumes, persil, chou de bruxelles

La vitamine B8 est présente dans le foie, les rognons et les jaunes d’oeuf

Le magnesium atténue l’excitabilité de la fibre nerveuse; son déficit chez l’enfant se traduit par une fatigue, un état d’exitation, d’agitation et d’agressivité, de tics, tremblements, convulsions, troubles du sommeil et difficultés de concentration. Aliments particulièrement riches en magnésium: lesucre roux, le riz complet, les pommes de terre, les germes de blé, les cacahuètes grillées, le chocolat et certaines eaux minérales.

Le fer permet une bonne oxygénation du cerveau. UN tiers des enfants de 4 ans, présentent un déficit en fer: viande, cacao, lentilles

Le cuivre est un élément du bon fonctionnement du cerveau. : le foie de veau, le foie de mouton, les coquilles saint jacques, les huitres, les moules et le cacao